Même philosophie, 2 mondes différents – le crowdlending en Chine et US

Comment la finance participative fonctionne dans 2 pays avec des infrastructures financières et cultures diamétralement opposées ? Analysons le secteur du crowdlending en Chine et aux Etats—Unis.

Lorsque les grandes idées transcendent les différences culturelles

Aux Etats-Unis, le crowdlending a émergé de la frustration du système bancaire tel qu’il a été construit dans les pays occidentaux, jugé aujourd’hui comme largement dépassé, croulant sous ses propres lourdeurs bureaucratiques. En revanche, le développement progressifs des sites de crowdlending à partir de 2009 en Chine est arrivé dans un contexte tout à fait différent et extrêmement favorable, avec sa propre histoire et forme culturelle. Par exemple, une majorité de PME et d’individuels ne sont pas admissibles à un financement auprès des banques domestiques, qui sont mal équipées pour fournir du capital. Ceci contraste avec les infrastructures de prêt sophistiquées existantes aux Etats-Unis où l’unité familiale facilite le soutien financier entre les gens. Mais, une bonne idée est une bonne idée, surtout quand elle fonctionne sans frontières, avec les idéaux des « libres penseurs » et un marché globalisé. Les observateurs ont suggéré que la Chine pourrait « sauter » une génération de progrès financier et passer directement à la nouvelle étape de désintermédiation de l’économie étant donné les lacunes de leur système bancaire.

Simulation Gratuite : Cliquez ici pour découvrir des projets d’investissement avec un rendement jusqu’à 11% !

Des opportunités uniques, des challenges correspondants

Les plateformes de prêts entre particuliers en Chine ont connu un succès sans précédent et ces dernières ont dépassé très largement le marché américain en termes de volume. Un rapport de China News fin 2015, estime la valorisation du marché local à 150 milliards de dollars (982,3 millions de yuans), trois fois plus importante que celle du marché américain. Le potentiel de développement du marché alternatif dans le pays est tout aussi énorme, mais la fraude y est pratique courante, et c’est une régulation efficace et une juste appréciation du risque qui font défaut au secteur chinois. Ayant pour objectif de résoudre ces problèmes, la Commission réglementaire bancaire chinoise a annoncé la mise en place de nouvelles régulations pour encadrer « le développement de l’industrie d’une manière plus durable ». Autre problème, les emprunteurs privés démontrent un risque de défaut beaucoup plus élevé qu’aux Etats-Unis. L’américain Prosper enregistre en effet un taux entre 1 et 2% alors que son homologue chinois Ppdai.com dépasse la barre des 3%. Par ailleurs, la découverte du ponzi scheme mis en place par la plateforme Ezubao qui a causé plus de 7 milliard de dollars de pertes à ses 100 000 investisseurs, atteste du manque de régulation actuel.

SHARE
Previous articleA faire … et ne pas faire en investissant
Next articleL’endettement, un levier d’enrichissement ?
Ella écrit depuis qu'elle est enfant. Elle est passionnée par les voyages, la médecine chinoise, la nutrition, l'équitation et la cinématographie. Elle s'engage pour plusieurs causes qui font avancer la planète. Elle a fait des recherches et écrit pour des sociétés en finance alternative, rédigé pour des sites web archéologiques, écrit des récits de voyage pour des sites de tourisme et travaille régulièrement avec l'industrie automobile et les fast foods.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY