Goldman Sachs devra débourser 5 milliards de dollars

Un accord a été conclu entre la Goldman Sachs et le département de justice américain jeudi dernier. La banque doit payer environ 5,1 milliards de dollars pour éviter d’être poursuivie pour son rôle dans la crise des subprimes en 2008.

Cette somme monumentale devrait éloigner le spectre d’un procès intenté par le département de justice et le procureur général de New York et de l’Illinois. La banque est en effet soupçonnée d’avoir vendu des crédits hypothécaires insolvables 2 ans avant la crise. Une fois convertis en produits financiers et revendus, ils ont causé des pertes immenses entraînant dans sa spirale l’économie mondiale. Alors que l’accord n’a pas encore été finalisé, le président de Goldman Sachs, Lloyd C. Blankfein a indiqué d’être « heureux qu’un accord de principe ait été conclu, pour résoudre ces affaires en cours ». Le montant à payer comprend l’amende civile de presque 2,39 milliards de dollars, un règlement en espèces de 875 millions de dollars et les dommages et intérêts pour les consommateurs à la hauteur de 1,8 milliards. Goldman Sachs n’est pas la seule institution investiguée par les autorités américaines, la National Credit Union Administration et les Federal Home Loan Banks de Chicago et Seattle sont également dans le collimateur.

Ce n’est pas la 1re investigation de ce type aux Etats-Unis. Depuis la crise de 2008, les autorités américaines ont engagé des poursuites contre de nombreuses autres sociétés financières, comme par exemple la Bank of America, Citigroup et JP Morgan Chase. Toutes ont été examinées pour la vente des crédit hypothécaires. Beaucoup de ces sociétés, dont des banques et des compagnies de crédit, ont continué à souffrir des pertes subies pendant la crise, certaines ont même fait faillite à cause de la chute des valeurs de produits immobiliers. Goldman Sachs a affirmé que l’accord avec le gouvernement réduira ses revenus du dernier semestre de 2015 d’environ 1,5 milliard de dollars après impôts.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY