Les startup et le crowdlending, pas de limite à la croissance?

Le financement participatif, dont le crowdfunding fait partie, ont été sur la pente ascendante depuis quelques temps déjà, mais 2016 s’annonce comme l’année de tous les records du crowdfunding business.

Les startups ont très rapidement adopté les techniques innovantes du financement participatif. Certainement parce que ces innovations financières permettent à quasiment tout porteur de projet de solliciter des investisseurs individuels en ligne pour participer dans son projet. L’investissement est souvent récompensé, financièrement, en nature ou encore en parts de société, en fonction du type de crowdfunding choisi par la société. Facile d’accès, intuitif et direct, le modèle continuera à séduire en 2016, les analystes anticipent même qu’il dépassera en volume toutes les autres sources de financement existantes en 2016.

Le rapport 2015 de Massolution montre que plus de 34 milliards de dollars ont transité par le crowdfunding en 2015, dépassant le capital-risque de 4 milliards sur la période. La valeur du secteur a plus que doublé par rapport à 2014, les prévisions sont donc forcément très positives pour 2016.

Selon Juniper Research les investissements en crowdfunding dans le secteur des nouvelles technologies seulement, passera de 1,1 milliard de dollars en 2015 à la somme impressionnante de 8,2 milliards en seulement 5 ans.

La signature de la loi JOBS (Jumpstart Our Business Startups) par le président Obama en 2012 aux Etats-Unis, a permis à de très nombreux investisseurs de participer au crowdfunding des startups américaines grâce aux nouvelles régulations plus avantageuses. C’est à ce moment-là que le crowdfunding a réellement décollé. C’est très probable que dans les prochains mois ou années, d’autres pays suivront l’exemple des Etats-Unis. On observant les statistiques et l’engouement du grand public pour les startups et l’innovation technologique, qui sait quel niveau le crowdfunding atteindra dans la prochaine décennie ?

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY