La bourse chinoise en chute libre

0
532

L’ouverture de la bourse chinoise très attendue ce lundi par les investisseurs internationaux après une semaine de chute spectaculaire, mais les mauvaises nouvelles continuent d’affluer et semer la panique sur les marchés internationaux.

Les bourses de Shanghai et de Shenzhen ont été affectées hier, la première clôturant avec une perte de 5,33% et la seconde de 6,60%. Ce qui déstabilise encore plus, c’est que la crise continue depuis la semaine dernière, où le plongeon de plus de 10% a rappelé à tous le krach de l’été dernier. Alors qu’en début de semaine les autorités chinoises ont mis en place le mécanisme des « courts-circuits » pour tenter de stabiliser ses places boursières, le jeudi 7 janvier, la bourse a décroché en seulement quelques dizaines minutes. Après une chute de 7% de l’indice CSI300, les cotations ont été suspendue pour le reste de la journée, affectant directement les marchés internationaux.

L’instabilité de l’économie chinoise inquiète mondialement, d’autant plus que les spécialistes ne rassurent guère les investisseurs : « Les marchés sont déjà entraînés dans une spirale baissière, ils chutent sans trouver de plancher, analyse Zhang Yanbing, expert du courtier Zheshang Securities. L’économie reste en berne, on ne voit nulle part l’ingrédient d’un éventuel rebond ». L’Europe a tenté péniblement de redresser la barre hier, sans grands succès, également à cause des prix du pétrole.

Même si aujourd’hui, Wall Street se stabilise et tire vers le haut les marchés européens, le manque de confiance quant à la capacité des autorités chinoises à piloter la deuxième économie mondiale présage un début d’année instable.

SHARE
Previous articleQu’attend le crowdlending en 2016?
Next articleEntrepreneur? Décollez grâce au crowdlending !
Après avoir étudié les sciences politiques et la communication, Kaja a travaillé dans les RP et l'événementiel pendant plusieurs années avant de tomber amoureuse avec les startups. Aujourd'hui, elle écrit et communique pour une startup de la fintech parisienne. Elle aime la gastronomie, jouer avec les mots, l'Asie, Scrabble et les défis intellectuels.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY