Qu’attend le crowdlending en 2016?

0
414

Le crowdlending enregistre un succès sans précédent en 2015. Mais qu’est-ce que nous réserve 2016 en termes d’innovations ?

Des annonces qui changent la donne 

2015 a été l’année de changement pour le crowdlending. Premièrement, le concept a été intégré et réellement adopté par le grand public et deuxièmement, la part du marché du secteur a fait un bond spectaculaire. En 2016 on annonce une nouvelle année de croissance, estimée à 1-1,5 milliards d’euros et une maturation du marché notable. La tendance est à la consolidation. Funding Circle a racheté la plateforme allemande Zencap et le marché se structure clairement autour de ses leaders, comme SoFi et Lending Club aux Etats-Unis ou Zopa au Royaume Uni. A la surprise générale, les dirigeants des banques traditionnelles ont annoncé qu’ils allaient dès à présent conseiller à leurs clients de passer par le crowdlending. Warren Mead, Chef de la Finance Alternative chez KPMG a dit au Financial Times que 2016 pourrait être « l’année où le crowdlending deviendra commun – attendez-vous a une croissance significative et un grand appétit des investisseurs ». Ils sont prêts !

Simulation Gratuite : Cliquez ici pour découvrir des projets d’investissement avec un rendement jusqu’à 11% !

Encore plus d’économies avec le crowdlending

Pour les résidents britanniques, avril sera marqué par l’arrivée de l’IFISA (Innovative Finance ISA), une nouveau compte d’épargne plafonné à 15 240 livres, non taxé, mis en place spécialement pour le crowdlending. Les experts prévoient un démarrage lent et une arrivée progressive de nouveaux investisseurs. Avec des retours beaucoup plus élevés que sur d’autres comptes d’épargne, généralement d’ordre de 5% ou 6%, on estime que le nombre d’investisseurs atteindra 500 milles en 2016. La réputation du crowdlending gagne du terrain parce que les investisseurs actuels veulent investir de l’argent mais ils veulent le faire d’une manière qui compte. Et comme en plus investir en crowdlending rapporte : un investisseur moyen, empoche entre 7 et 15 milles dollars (6,5 et 13,8 milles euros) par an, l’intérêt ne peu qu’aller croissant.

giphy

La Chine est toujours le plus grand marché du prêt entre particuliers dans le monde et 2015 a été marqué par une explosion du nombre de plateformes qui y opèrent. Mais, avec la création de la Commission de régulation bancaire chinoise (CRBC) et son annonce de « nettoyage du marché » en 2016 grâce aux nombreuses régulations, on prévoit une nette perte de croissance. Le nouvelle de la régulation a été globalement bien accueillie par les marchés internationaux puisque l’Asie est toujours considérée comme le « Far Est » du crédit. En effet l’argent y circule toujours principalement au sein de la cellule familiale. La création de multiples plateformes considérée comme une véritable avancée du marché a été mise à mal, puisque nombre d’entre elles ont été jugées frauduleuses ou fait faillite.

En 2015, David Cameron a emmené avec lui les représentants de Ratesetter en sa tournée économique en Asie. Rhydian Lewis, un des cofondateurs de la plateforme londonienne a dit pendant la tournée que « dans ces pays où le système bancaire n’est pas encore entièrement consolidé, les nouvelles générations vont avoir tendance à sauter une étape et se tourner directement vers les nouvelles technologies dans la finance en ligne ».

Le prêt entre particuliers a prouvé son adaptabilité, son côté avant-gardiste et visionnaire jusque-là, et il n’y a pas de raisons que cela change en 2016. CompareLend.com, le premier comparateur d’opportunités de crowdlending, accompagnera la croissance du secteur, le rendant encore plus accessible et attirant pour le grand public.

SHARE
Previous articleLe crowdlending par imessage bientôt possible?
Next articleLa bourse chinoise en chute libre
Ella écrit depuis qu'elle est enfant. Elle est passionnée par les voyages, la médecine chinoise, la nutrition, l'équitation et la cinématographie. Elle s'engage pour plusieurs causes qui font avancer la planète. Elle a fait des recherches et écrit pour des sociétés en finance alternative, rédigé pour des sites web archéologiques, écrit des récits de voyage pour des sites de tourisme et travaille régulièrement avec l'industrie automobile et les fast foods.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY